"Cela signifie que je parle ou que je croasse dans les ténèbres au fond d’un désert où ne viendront m’entendre que ceux qui se sont éloignés de tous les chemins de la multitude.
C’est un bien petit troupeau je t’assure, et si tu es assez audacieuse pour entreprendre ce pèlerinage, tu n’auras pas à craindre l’encombrement. Peut-être aussi trouveras tu mon voisinage meilleur que celui de quelques rossignols frivoles aimés de la foule qui ne sont eux-même après tout, que des oiseaux de nuit sans originalité ni profondeur.” L.Bloy

uvre:

Equilibrium, Tim Head, 1975.
uvre:

Mayumi Terada
nyctaeus:

Roman Ondak

" Il était arrivé à ce moment de la vie, variable pour tout homme, où l’être humain s’abandonne à son démon ou à son génie, suit une loi mystérieuse qui lui ordonne de se détruire ou de se dépasser. "

"Et c’est de la sorte, avec un mélange de réserve et d’audace, de soumission et de révolte soigneusement concertées, d’exigence extrême et de concessions prudentes, que je me suis finalement accepté moi même."

"Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’oeil intelligent sur soi-même."


Les Mémoires d’Hadrien - Marguerite Yourcenar.

« Il y aura moultes confusions, il y aura famine ; il y aura une solitude que seules mes larmes pourront consoler comme autant de petits oiseaux mouillés tombant pour soulager mes lèvres sèches. Mais il y aura aussi parfois consolation et beauté, beauté comme l’amour d’une fille disparue. Il y aura des rires, mais avec beaucoup de tenue le rire, et on attendra tranquillement dans la nuit, et on aura doucement peur de la nuit comme d’un prodigue et taquin baiser de mort. Ensuite il fera nuit, et les huiles douces en provenances des rivages de ma naissance seront versées sur tous mes sens par les capitaines que j’ai abandonnés dans mes impétueux rêves de jeunesse. Mais il me sera pardonné (…) tout me sera pardonné quand je retournerai à la terre d’où je viens, au bord de la mer. »

Demande à la poussière - John Fante.

The Thinker by Hiromu Kira, circa 1930s
shuraleh:

Anna Akhmatova, “The Sentence”